[Terminale] S-question Orientation 1&2&3

Re: [Terminale] S-question Orientation 1&2&3

Messagepar michèlecch le 14/02/2012 à 10:44

Bonjour Anne,
mais undertaker va répondre que cette école est agréée par l'Etat. de plus ce qui me gène dans sa lettre de motivation c'est le terme de :"être utile médicalement", sachant qu'il ne sera pas médecin ?
amitiés
michèlecch
 

Re: [Terminale] S-question Orientation 1&2&3

Messagepar Anne345 le 14/02/2012 à 11:09

"Etre utile pour la santé" serait effectivement plus adapté.
Mais, de toute façon, il est prématuré de faire son dossier maintenant.

A propos de l'agrément :
Une vingtaine d’écoles d’ostéopathie proposent une formation initiale agréée par le ministère de la Santé. Comment choisir la bonne, celle qui fera de vous le meilleur professionnel possible ? L’enjeu est d’autant plus important que le "marché" de l’ostéopathie est en passe d’être saturé. En cause, notamment, le ministère de la Santé lui-même. L’agrément a été accordé à trop d’établissements... en peu de temps. Résultat : environ 2.500 jeunes obtiennent le titre d’ostéopathe (indispensable pour exercer) chaque année.

"À titre de comparaison, et pour un pays à la population comparable, 400 nouveaux ostéopathes sont diplômés chaque année au Royaume-Uni", indique le RGEO (Réseau des grandes écoles d’ostéopathie), qui regroupe 5 établissements de bonne réputation. "Sur les 50 établissements agréés (formation continue et formation initiale mélangées), seulement une quinzaine sont au niveau", n’hésite pas à déclarer Philippe Sterlingot, président du SFDO (Syndicat français des ostéopathes).
[...]
Ce que ne garantit pas l’agrément.
Sortir d’une école agréée ne garantit pas l’emploi. "Actuellement, nous sommes en “surdosage”. Trop d’établissements ont été agréés en France par rapport aux autres pays [NDLR : 46 établissements à ce jour dont une vingtaine dispensent une formation initiale]. Trop d’étudiants vont sortir diplômés, puisqu’il n’y a pas de numerus clausus. Aujourd’hui, on vit encore sur l’effet “mode” de la profession, mais le soufflé va bientôt retomber", annonce Éric Pastor, délégué à l’évaluation des pratiques professionnelles et de la formation au sein de la commission, qui estime qu’il faut une population de 4.500 personnes pour faire vivre un ostéopathe (contre 1.500 pour un masseur-kinésithérapeute).
(L'Etudiant)
Avatar de l’utilisateur
Anne345
hyper actif
 
Messages: 15919
Inscrit le: 23/09/2008 à 23:26
profil: Cyberpapy

Re: [Terminale] S-question Orientation 1&2&3

Messagepar brigedesma le 14/02/2012 à 11:13

pour devenir kiné il faut réussir le PAES ou PACES et compte tenu de l' expérience de Justine
il recherche d' une autre voie ... très "risquée"et similaire à l'orthoptiste actuellement
La formation initiale des masseurs-kinésithérapeutes se déroule actuellement sur 3 ans (en institut de formation) en plus de l'année de concours.
Un concours très sélectif (environ 2 à 3% d'admis) permet l'entrée en institut de formation en masso-kinésithérapie. Ce concours et les études de kinésithérapie sont régis par décret ministériel. Les modalités de ce concours diffèrent selon les régimes des instituts :
soit trois épreuves sur la base du programme de biologie, physique et chimie de première et terminale Scientifique
soit après une première année d'étude médicale (PACES, ex-PCEM1) associée parfois avec des cours en prépa kiné (la moyenne des 2 épreuves déterminant alors le classement).
bon courage
Avatar de l’utilisateur
brigedesma
hyper actif
 
Messages: 30404
Inscrit le: 12/09/2008 à 08:45
Localisation: Métropole lilloise
profil: Cyberpapy

Re: [Terminale] S-question Orientation 1&2&3

Messagepar brigedesma le 14/02/2012 à 11:22


Quel avenir pour les étudiants en ostéopathie?
-> Contexte : Devenir ostéopathe de nos jours

En 2010, dans une page complète du figaro, le RGEO (Réseau des Grandes écoles d'ostéopathie) interpellait le gouvernement sur la situation préoccupante créée par la multiplication des autorisations d’ouvertures délivrées par le Ministère de la Santé dans une filière où la saturation est déjà annoncée. La situation est préoccupante : En effet, il existe plus d'une cinquantaine de centres de formation en ostéopathie en France, certains pouvant accueillir plusieurs centaines d'étudiants et ce dés la première année : A titre de comparaison, au Royaume-Uni il y a neuf centres de formation, pour une population équivalente. Une étude récente montre que la France est le pays disposant de la plus forte concentration en ostéopathes (DO) en Europe.
Dans ce contexte, quel avenir pour les étudiants en ostéopathie? L'offre de formation en France est-elle cohérente par rapport au besoin de notre société? Tentons d'y répondre.

-> Etude démographique sur l' ostéopathie
Plusieurs organisations (le Registre des Ostéopathes de France (ROF), le Syndicat Français des Ostéopathes (SFDO) et d'autres) ont régulièrement réalisé des études concernant la répartition des ostéopathes en France en 2009. Pour comprendre la situation, Il a été établi un ratio [(nombre d'ostéopathes par département)/population du département] pour quantifier les zones les plus saturées. Pour l'interpréter, il convient de rappeler qu'il faut un minimum de 4 à 5000 habitants pour assurer la "viabilité" de l'exercice d'un ostéopathe. Ce ratio n'est plus assuré dans plus de 12 régions sur 22. Bien entendu, on pourra interpréter avec plus ou moins de pessimisme ces chiffres, mais la réalité se dessine: si rien n'est fait la profession sera totalement saturée.

Référence (à lire impérativement pour comprendre la démographie des ostéopathes en France):
- site complet de Pascal Javerliat : "Jamais 3 sans 4" ; "Manifestation des étudiants" ; "Les formations à l’ostéopathie en France" ; "Entre 2010 et 2016, le nombre d’ostéopathes aura doublé" ;
- étude démographique française (source : OSEO)
- étude démographique française (source : ROF)
- alerte démographique (source : ROF)
- étude démographique européenne (source : FORE)




-> L'exemple à méditer : le climat

Il convient de faire un parallèle avec la situation climatique : Inutile de rappeler le contexte, l’information circule suffisamment. Cependant, il est intéressant de constater les dérives extrémistes concernant l’interprétation des risques : entre les nihilistes (tout ira bien) et les apocalyptiques (2012 sera la fin), il existe certainement une vérité médiane qui nous invite à considérer la situation avec sérieux, détermination et raison.
Sur ce modèle de réflexion, considérons l’avenir de l’ostéopathie : angélisme ou apocalypse ? Les mêmes extrémismes existent et même si l'impact de l'ostéopathie sur notre monde sera inférieur à celui du climat, l’avenir de milliers d’étudiants et de professionnels demeure incertain : il convient donc de s’en préoccuper: et comme pour le climat, ne rien faire n'est clairement plus une option.
A titre d'illustration, on trouvera sur internet aussi bien le discours assuré d'une école qui prétendrait qu'il y a une réelle pénurie d'ostéopathes en France que le discours d'étudiants inquiets pour leur avenir. Qui croire? Le CEESO est clair sur ce point: la profession atteint un seuil de saturation critique et se range du coté des étudiants inquiets: le climat ostéopathique se détériore : ne rien faire correspond à condamner les étudiants qui ont fait le choix de cette profession. Le CEESO a donc décidé d'agir.

-> Que fait le CEESO?

Si le CEESO a décidé d'agir, c'est pour assurer à ses étudiants (actuels et futurs) un avenir plus serein. Alerter les pouvoirs publics, inviter les candidats indécis à renoncer à l'ostéopathie, aider ses étudiants lors de l'installation... tout ceci s'inscrit dans une action globale dont voici quelques uns des points forts:

Transparence de la communication : Pour que nul n'ignore la situation:
Cette page en est l'illustration (le CEESO est le seul établissement à indiquer sans ambigüité que la profession est déjà saturée et à inviter les étudiants à renoncer le cas échéant, à leur projet d'étude dans ce secteur). Ce discours est clairement relayé lors des journées portes ouvertes. Le sujet est par ailleurs abordé lors de l'entretien de sélection. Le candidat doit connaitre la réalité économique avant de se lancer.
L'ensemble des coûts de scolarité est publié sur notre site. Le candidat peut mesurer l'investissement en rapport du potentiel (ou du risque).
Le nombre d'étudiants inscrits (70 à 80) et le nombre d'étudiants en fin de cycle (45 à Lyon, 60 à Paris) est connu, afin que l'étudiant puisse connaitre ses chances de réussite dans le cursus et faire un choix "à priori" et non "à postériori".
Le but de cette transparence est d'établir un contrat moral avec les étudiants qui nous font confiance. Ensemble, et dans un esprit de confiance mutuelle, nous pourrons renverser la tendance et faire en sorte que ce métier merveilleux reste un métier riche d'expérience et économiquement viable.
Numerus clausus : le CEESO limite le nombre de ses étudiants dès l'entrée. Tous les étudiants qui rentrent au CEESO peuvent (et doivent) réussir. La sélection à l'entrée est la griffe des grandes écoles.
Favoriser le débat "transversal" : étudiants, professionnels, institutions, etc.;
Notre cursus est de cinq années (sans prépa), car chaque année d'étude supplémentaire alourdit l'endettement du candidat, l'éloigne de son installation professionnelle (et donc de son "gagne-pain") et accentue le risque de détérioration de la situation. Pour information, la Grande Bretagne forme ses ostéopathes en quatre ans (ils sont reconnus pour être aussi de bons ostéopathes). Le modèle sur cinq années que nous avons choisi s'inspire du modèle LMD (licence maitrise doctorat), il est nécessaire mais suffisant pour mener des études d'ostéopathie par rapport aux décrets actuels.
Ouverture de notre cursus aux étudiants étrangers (Erasmus, passerelle, etc.) pour que les professionnels que nous diplômons reviennent et s'installent dans leur pays d'origine ou que nos étudiants n'aient aucune crainte à s'installer hors de nos frontières. Maidstone (GB) recrute 50 % d'étudiants étrangers. Le CEESO a un objectif plus raisonnable de 25% d'ici trois ans.
Dans le même esprit, ouverture d'un filière internationale qui prépare les étudiants à s'installer à l'étranger (cours de pratique en Anglais, Italien, Espagnol, etc.) pour initier nos étudiants à d'autre contextes que le cadre national. Attention, la philosophie au CEESO n'est pas de donner des cours de langues, mais bien de donner des cours d'ostéopathie en langue étrangère et ce n'est pas le même objectif! Le CEESO n'étant pas une agence de voyage, nous ne nous satisferons pas d'un simple échange d'étudiants en Europe ou ailleurs: nos étudiants en filière international établisse au fur et à mesure de leur étude un mémoire les préparant à l'installation (aspects sociaux, légaux, logisitiques, etc.) avec pour objectif de réussir à 100% leur installation à l'étranger. Seul le CEESO est en mesure de le proposer
-> Quel conseil donner à un futur étudiant en ostéopathie?
Le premier conseil serait de bien réfléchir avant de faire un choix d'études en ostéopathie. Ces études sont difficiles et coûteuses. Il serait dangereux aujourd'hui de les entamer sans une certitude quant à votre motivation. Renseignez vous, consultez un ostéopathe, projetez vous dans l'avenir (où vous installeriez vous? la région est elle à ce jour saturée? en avez vous discuté avec vos proches?, qu'en pensent ils?, etc.).

Soyez critique, comparez un maximum d'écoles : tarif, qualité, durée, offre pédagogique, etc. Vous constatez que les informations ne sont pas facilement disponibles? : passez votre chemin ! On vous assure un avenir radieux et un chiffre d'affaire extraordinaire : méfiance! : ceci n'est que bon sens. On occulte le problème en prétendant que vous travaillerez si vous ne travaillez pas en ville: trop facile!
Renoncer à ces études est une sérieuse option à envisager en cas de doute.
En effet, avec presque 60 écoles, l'offre dépasse la demande : résultat : tout le monde ou presque est admis en école d'ostéopathie.
En effet, même si un certain nombre d'écoles, dont celles du RGEO (mais il y en a d'autres) assure une sélection réelle et effective (30 à 40% d'admission, chiffres et comptabilité à l'appui), il est à regretter que d'autres établissements soit réduits à accepter un maximum de candidats, probablement pour des raisons économiques inhérentes à la situation actuelle. Au final, pour un candidat à cette filière, la sélection n'existe plus, car ce candidat trouvera toujours une école pour l'accueillir (quitte à être placé en "zone d'attente", comme par exemple une prépa intégrée).
Et ceci est le problème numéro 1 de la profession : non seulement, celle-ci se sature, mais aussi, au rythme de formation actuel : il n'y aura bientôt plus de places pour les nouveaux entrants.
Le CEESO a choisi de rompre un silence coupable et d'inviter la majorité des candidats à renoncer à ces études coûteuses, longues et aujourd'hui aléatoires.
Rappelez-vous que c'est une école qui vous parle et que notre intérêt pourrait être de taire ces faits et profiter comme d'autres de l'engouement pour l'ostéopathie. Mais nous avons une éthique et un sens des responsabilités pour ne pas laisser les choses se faire.
Renoncer à ces études est non seulement salutaire pour les candidats mais salvateur pour la profession: pensez-y.

Cependant, si vous choisissez de faire ces études, votre choix d'établissement est important : un bon ostéopathe s'en sortira toujours mieux qu'un autre. Par ailleurs, par votre choix d'école vous validez tel ou tel modèle pédagogique, voire socio économique. Si vous choisissez, par exemple, une école où vous seriez, d'année en année, de promo en promo, plusieurs centaines d'étudiants, logiquement vous contribuez à la saturation de la profession que vous embrassez. (Un propriétaire de 4x4 doit avoir logiquement un discours modéré lorsqu’ il se plaint de l'évolution du climat, mais certains assument pleinement ce choix et c'est leur droit le plus strict: l'important est de rester cohérent par rapport à son discours et ses choix de vie et on a le droit de penser que le climat ne se dérègle pas!). Si vous pensez que la profession n'est pas en train de se saturer : c'est votre droit le plus strict et le plus respectable (et nous le respecterons). Nous avons simplement un avis divergent.



-> D'ailleurs, la presse en parle
OUEST FRANCE, édition du 17/03/2011
Titre : Les étudiants ostéopathes défendent leur formation

Kiné Actualité, édition du 10/03/2011
Titre : LA PROFESSION S’INQUIÈTE

LYON CAPITAL, édition du 24/02/2011
Titre : Ostéopathie : les étudiants veulent "juguler l’hémorragie" Télécharger en PDF et sur le site lyon capital

LE NOUVEL OBSERVATEUR ETUDIANT, édition du N 14/2010
Titre : Attention aux embouteillages !

LE MAGAZINE L'ETUDIANT en ligne

Le PROGRES :

-> Conclusion
A la lecture de cette page, vous souhaitez toujours faire des études d'ostéopathie? alors votre motivation et votre acharnement sauront probablement vos meilleurs atouts pour votre réussite. L'ostéopathie est et reste une profession généreuse, intellectuellement enrichissante et valorisante pour des candidats bien informés et décidés. Restez néanmoins vigilent et critiques et continuez à vous informer (Registre, SFDO, SNOF, UNEO, presse, etc.)
bon courage
Avatar de l’utilisateur
brigedesma
hyper actif
 
Messages: 30404
Inscrit le: 12/09/2008 à 08:45
Localisation: Métropole lilloise
profil: Cyberpapy

Re: [Terminale] S-question Orientation 1&2&3

Messagepar michèlecch le 14/02/2012 à 11:41

re; je viens de me renseigner vers un kiné ostéo que mon fils , médecin, connait bien : je cite la réponse :
".....ceux qui ne sont pas médecins, pas kinés, sont surnommés les " ni ni " :
les instituts privés ne fonctionnent que sur l'argent, et les ostéos qui sont des "nini" ne mangent pas à leur faim sauf à avoir, avant de démarrer ,la certitude de pouvoir reprendre un cabinet qui tourne déjà.
Dans tous les cas , les "nini " ne peuvent pas compter sur la solidarité des médecins, ni des kinés...
Il est préférable d'avoir une activité reconnue, comme kiné ou médecin, pour pouvoir vivre et ensuite se spécialiser, et là, c'est "le pied", surtout lorsque l'on a la certitude de pouvoir vivre de la kiné, qui , elle, est remboursée par la Sécu
......"
édifiant! prix donné pour les études 42 000€
il confirme également , comme Anne et Brige, le peu de débouchés des " nini "
Il propose, si notre jeune ami le veut, de discuter avec lui au tél : Voilà....moi, je donnerais via contactez-nous le nom l'adresse et le tél et undertaker le contacte...
michèlecch
 

Re: [Terminale] S-question Orientation 1&2&3

Messagepar undertaker le 14/02/2012 à 18:11

Bonjour

cela veut il dire que j'aurai pas de boulot à la fin de mes études ? et à l'hôpital n 'y a t-il pas de poste en tant qu'ostéopathe ? (car c'est reconnue par l'état ...).Et en libéral les kiné ne peuvent pas m'accueillir car c'est presque la même formation pourtant.Ou c'est juste parce qu'il n ya pas de NC qu'ils ne nous veulent pas.

En effet j'ai pas envie de faire un parcours désastreux que Justine...J'ai cru que je pouvais faire mon dossier maintenant et l'envoyer en mettant un certificat de scolarité et quand je m'aurai inscrit je leur donnerai mon diplôme du bac.Ce n'est pas le cas de cette école ?!
undertaker
hyper actif
 
Messages: 479
Inscrit le: 25/12/2010 à 21:22
profil: Elève

Re: [Terminale] S-question Orientation 1&2&3

Messagepar brigedesma le 14/02/2012 à 18:40

Oui C'est vraiment cela
et donc à comparer avec la situation de Justine entre ophtalmologie et orthoptiste
kinésithérapeutes et ostéopathes c'est encore pire !
En France, il faudrait pouvoir faire kiné ou médecine et se spécialiser mais comme c'est le concours PAES ou PACES ... CQFD
bon courage
Avatar de l’utilisateur
brigedesma
hyper actif
 
Messages: 30404
Inscrit le: 12/09/2008 à 08:45
Localisation: Métropole lilloise
profil: Cyberpapy

Re: [Terminale] S-question Orientation 1&2&3

Messagepar brigedesma le 14/02/2012 à 19:02

pour info
en Belgique où les ostéopathes sont bien reconnus et reçoivent les patients français :


Ostéopathe - Profil: ostéopathe professionnel

En Belgique, un ostéopathe doit remplir un certain nombre de conditions avant de pouvoir être qualifié
d’« ostéopathe professionnel ».

Il doit posséder le titre de D.O. (diplôme en ostéopathie), ce qui signifie qu’il a suivi une formation en ostéopathie dans l’un des différents instituts de formation en Belgique ou à l’étranger et ce, dans un système d’enseignement à temps plein ou à temps partiel.

Le fait que l’ostéopathe D.O. ait ou non suivi une formation préparatoire en kinésithérapie ou en médecine, n’a aucune incidence sur le niveau de reconnaissance ou le grade de l’ostéopathe.
Le titre d’ostéopathe est tout à fait indépendant de toute autre formation.

L’ostéopathe D.O. doit également être membre d’une association professionnelle (voir ce site).
Tous les autres grades universitaires tels que Bsc., MSc. et PhD. indiquent que l’ostéopathe s’est spécialisé dans un aspect scientifique de l’ostéopathie.

Description de l’'ostéopathe professionnel'
Est un membre agréé par le Conseil d'État et par le Ministère de la Santé Publique.
A bénéficié d'une formation complète en ostéopathie et est titulaire d'un diplôme reconnu par les associations professionnelles.
Un ostéopathe professionnel exerce uniquement et à plein temps cette profession en tenant compte du règlement dʼordre intérieur.
Sʼengage à respecter le code dʼéthique des ostéopathes.
Dans l'intérêt de ses patients, l'ostéopathe professionnel vise à bénéficier d'une profession protégée et à avoir accès à davantage d'études cliniques telles que la radiographie, scanner, IRM, échographie, etc ...
Est dʼaccord de se perfectionner en permanence : il devra suivre chaque année des séminaires, stages de perfectionnement, en vue de garantir des connaissances actualisées.
A conclu une assurance de groupe responsabilité civile, plus particulièrement en ce qui concerne sa pratique ostéopathique. Cette assurance est acceptée par son association professionnelle.
Est inscrit en tant quʼostéopathe dans les registres de lʼétat civil de son domicile
bon courage
Avatar de l’utilisateur
brigedesma
hyper actif
 
Messages: 30404
Inscrit le: 12/09/2008 à 08:45
Localisation: Métropole lilloise
profil: Cyberpapy

Re: [Terminale] S-question Orientation 1&2&3

Messagepar undertaker le 14/02/2012 à 20:55

Peut on pas faire une formation d ostéopathie associé à de la kiné afin de détourner le concours ?!
Si je suis diplomé ici est ce que je pourrais travailler à l hosto en tant qu ostéopathe ?! Y a t il des postes à pourvoir dans tt les hospitaux ?!
Est ce que si je suis diplomé de paris je pourrais aller en belgique l exercer en toute tranquilité?!
Que faire svp ?!
Pourquoi les kiné et les ostéo se battent ? Tt sa parce que l autre a fait le concours de medecine l autre non ?

Ps:mes parents ne veulent pas que je parte faire mes etudes ailleurs qu à paris !
undertaker
hyper actif
 
Messages: 479
Inscrit le: 25/12/2010 à 21:22
profil: Elève

Re: [Terminale] S-question Orientation 1&2&3

Messagepar brigedesma le 14/02/2012 à 21:12

justement c'est Ce concours qui sélectionne en France
difficile de le contourner
bon courage
Avatar de l’utilisateur
brigedesma
hyper actif
 
Messages: 30404
Inscrit le: 12/09/2008 à 08:45
Localisation: Métropole lilloise
profil: Cyberpapy

PrécédentSuivant

Retourner vers Divers



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Birmane et 0 invités